Page noire : Connue pour sa lutte acharnée contre la Drépanocytose, Dr Madeleine Bokingo Ilonga n’est plus !

Après ses études de médecine effectuées à l’Université Technologique Bel Campus, Madeleine Bokingo Ilonga devint par la suite Médecin Généraliste. Elle était particulièrement connue du grand public sous sa casquette de Drépanologue et d’activiste engagée dans la lutte contre la Drépanocytose (communément appelée Anémie SS), maladie dont elle-même souffrait jusqu’à tirer sa révérence.

Lisiblement loin d’être une souffrance pour elle, la situation sanitaire du Docteur Madeleine Bokingo devint un matériel didactique à sa disposition pour sensibiliser différentes communautés juvéniles qu’elle avait pour habitude de croiser.

Au-delà de son œuvre autobiographique conçue exclusivement pour parler de sa santé, d’innombrables actions contre la Drépanocytose furent comptées dans l’actif de Docteur Electrophorèse : Campagnes de sensibilisation, Conférences, Emissions télévisées, etc.

Ambassadrice au sein de l’Organisation Non Gouvernementale « DrépaCoeur » depuis ses 27 ans, Madeleine Bokingo confiait le témoignage de sa maladie le 09 juillet 2020 dans la rubrique #ParlesmoiDrépa :

« Alors depuis mes 5 ans, je suis suivie de près par des médecins spécialisés en Drépanocytose. Il m’arrive de faire de crises vaso-occlusives, mais je suis fille d’un médecin et moi-même médecin donc je sais les gérer. Gloire à Dieu, je ne connais en pratique jamais de transfusions, seules les fortes crises rebelles à la codeïne peuvent me conduire à l’hôpital.

En réalité, j’ai été transfusé qu’à mes 5 et 15 ans voire à mes 25 et 26 ans suite à une grave infection pulmonaire (pleurésie) qui m’avait conduit à l’hospitalisation à l’étranger pour des soins appropriés. Dieu m’a fait grâce d’avoir une famille où tour le monde est aux petits soins, quand je vais mal.

Bien-sûr qe j’ai connu des rejets et autres, sans doute la plus dure c’était à l’école primaire. Je n’étais pas souvent malade mais quand ça arrivait, c’était grave. Je pouvais manquer les cours pendant un mois et, à la reprise, les amies ne voulaient pas jouer avec moi parce que j’étais tout le temps malade, fragile. Un temps pendant mon adolescence, j’ai essayé d’enfreindre les règles en vain.
Mon réconfort, c’est Dieu, car lui seul fait toute chose bonne, il sait pourquoi.

Ma famille, mes ami(e)s, c’est ce qui fait l’endurance de la Madeleine que je suis.
Une parole d’espoir pour ces vaillant(e)s Drépanocytaires qui me lisent, aux familles victimes, à tous ceux qui m’ont accordé leur temps, j’emploi un adage qu’aime ma tendre mère : ” MIEUX ON SE CONNAIT, MIEUX ON VIT”.

C’est vrai qu’étant Drépa, c’est difficile de s’accepter et de s’aimer surtout avec les interdits et moqueries. Il faut savoir se surpasser et se dire : ” OUI, JE VIS COMME TOUT LE MONDE “.

Mon brave père me dit souvent : ” MADELEINE, TU N’ES PAS MALADE, C’EST TON SANG QUI EST MALADE “. C’est ce qui fait que je m’accepte, je me bats pour vivre même si c’est pour ceux qui m’entourent du coeur. En dehors de crises, de fatigue, etc..s’assumer est la moindre des lueurs à se donner, mais surtout vivre avec la stricte limite, car vivre longtemps, c’est possible ! »

Depuis la nouvelle de sa disparition, les témoignages pleuvent car Madeleine Bokingo suscitait l’admiration de tous, même parmi ses collègues médecins. Voici l’un des vibrants témoignages recueillis par notre rédaction :

« C’est avec une grande tristesse que je viens d’apprendre le décès soudain du Dr Madeleine Bokingo Elykia suite d’une crise cardiaque.
Je sens en moi un mélange d’incrédulité et de douleur, je ne sais pas si je dois pleurer ou crier !? lI est des chagrins bien difficiles à surmonter et perdre un être cher est sans doute le plus difficile qui soit. Face à la perte d’un être cher, aucun mot ne peut exprimer la peine et la douleur que l’on ressent.

Les souvenirs de nos conversations trottent dans mes pensées en ce moment. Elle m’a contacté sur Facebook pour exprimer son désir de devenir mon ami, soulignant sur les qualités admirables. À chaque fois qu’on parler, elle dégageait en elle la confiance de soi, l’estime, le respect et la connaissance parfaite dans les différents sujets que l’on pouvait aborder. Nous avons partagé ensemble d’innombrables moments mémorables !

Dr. Madeleine Bokingo m’a dit beaucoup des choses sur la drépanocytose et aujourd’hui la mort l’a emporté très tôt, notre amitié est brutalement interrompue par la nouvelle dévastatrice de sa mort soudaine après une crise cardiaque. Depuis lors, je ne cesse d’y penser ! Pourquoi la mort est si indifférente ? Mady Elykia, elle était par sa force déterminée dans la lutte contre la drépanocytose pour sauver les vies et chaque jour était un défi à relever. C’est grâce à vous que j’ai appris la Drépanocytose en profondeur. Elle parlait de sa maladie étant elle même une anémique pour sensibiliser les autres. “La drépanocytose n’est pas une fatalité. Tu es amoureux ok, as-tu fait ton électrophorèse ? ” Disait-elle. Aujourd’hui, la mort a mis fin à ton combat, mais nous espérons que les autres viendront continuer cette lutte pour sauver les vies.

Tu resteras un modèle de courage, ta force et ta résilience face à cette maladie est inspirante. Tu as fait ta part de mission sur terre avec brio. Tu as servi Dieu et tu as vécu heureuse et épanouie. C’est le plus important.
Merci pour la force et le sourire que tu donnais aux personnes atteintes de drépanocytose au travers de diverses actions.

Mes très sincères condoléances et l’expression de ma plus profonde sympathie à la famille BOKINGO.

Que votre belle âme Dr. Madeleine Bokingo Elykia repose en paix 💐 »

Malgré sa soudaine disparition, la vie de Madeleine Bokingo restera un témoignage et sa lutte vivra longtemps dans les esprits qu’elle a impactés à travers ses sensibilisations contre la Drépanocytose qui, finalement, a eu raison sur elle à sa trentième et dernière année.

Que sa tendre âme repose en paix !

Carina Fio

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles tendances

YA BA JEUNES MAGAZINE est un magazine exclusif conçu pour la promotion de la jeunesse congolaise ainsi que ses initiatives, avec comme cible privilégiée l’élite congolaise de moins de 40 ans…

NOUS suivre

Newsletter

Categories

Edit Template

Vous êtes jeune, dynamique, passionné et vous avez envie de faire la différence dans votre pays ? Vous cherchez un média qui vous ressemble, qui vous informe, qui vous inspire et qui vous valorise ? 

 YA BA JEUNES MAGAZINE est un magazine exclusif conçu pour la promotion de la jeunesse congolaise ainsi que ses initiatives, avec comme cible privilégiée l’élite congolaise de moins de 40 ans.

© YaBaJeunes 2023

Designed By Star-Tech Group